Entre 25 et 30 km/h, 80 % de l’énergie que vous dépensez, sert à combattre la force de frottement de l’air. Pour améliorer votre rendement, il vous faut donc réduire cette force de frottement. Vous pouvez, pour ce faire, réduire votre coefficient de frottement (être plus aérodynamique) en diminuant l’emprise du vent (pneus étroits, pas de garde-boue, pas de vêtements qui battent au vent, etc.) et en prenant une position aérodynamique; mains en bas du guidon et coudes légèrement repliés. On peut aussi réduire le frottement de l’air en roulant dans le sillon d’un autre cycliste ou mieux, dans le sillon produit par plusieurs cyclistes (un peloton). C’est ce qu’on appelle faire du sillonnage.

Le présent article fait l’étude des règles que nous devrions normalement respecter lorsqu’on pratique cette technique de sillonnage. Plusieurs livres ou revues traitent ce sujet, mais ces articles s’adressent presque toujours à des cyclistes qui font ou qui ont l’intention de faire de la compétition. Le contexte ici est très différent; des cyclistes qui roulent en groupe et qui s’entraident en utilisant entre autres cette technique de sillonnage. On parle alors de "sillonnage cyclosportif".